Qui sommes nous ?

Quel avenir va donc nous réserver cette année qui s’annonce tout aussi curieuse que la précédente ? Beaucoup de questions se renvoient en effet la balle dans un contexte où tout et son contraire aura été proféré par des responsables faisant soit disant autorité… Pour autant, le marché de l’immobilier a signé une année 2020 plutôt favorable. Le télétravail devenant le règle qui s’impose peu à peu, les acquéreurs se tournent naturellement vers des zones pratiques et verdoyantes. Ca tombe bien, notre secteur répond à ces critères…

Il est indéniable de constater que le marché s’est redéfini, à travers les choix et orientations des acquéreurs, car ce sont eux qui donnent la tendance. Et précisément, « Aujourd’hui, les acteurs du marché veulent plus que jamais un extérieur, une maison si leur budget le leur permet, mais au moins un balcon, un jardinet ou mieux encore, une terrasse »  Observe Richard Danger qui relève que beaucoup de Parisiens, chassés par les prix et l’étroitesse des surfaces, devenues à temps complet leur bureau durant toute la semaine, sont maintenant amateurs de forêt, de nature, de bel environnement. « L’idée, poursuit-il, est de se dire que l’on peut sortir courir dans les bois après une longue et éprouvante séance de team ou de zoom avec son N+1. »

Richard Danger

Richard DANGER 64 ans
Spécialiste de votre secteur
depuis 24 ans.

« L’idée, est de se dire que l’on peut sortir courir dans les bois après une longue et éprouvante séance de team ou de zoom avec son N+1. » 

Il est vrai aussi et ce fut toujours un phénomène récurent dans le secteur, que l’offre de biens à vendre est rare et donc identifiée comme précieuse. C’est aussi la raison pour laquelle notre zone a toujours été soutenue en termes de budget nécessaire pour obtenir son bonheur. Rareté et forte demande, une recette habituelle pour stimuler les échanges…

 

Frédéric VILLE. 56 ansFrédéric Ville
Spécialiste de votre secteur
depuis 22 ans

« La tendance est aussi sur un mouvement vers l’océan Atlantique. Beaucoup, anticipant sur de nouveaux confinements, se décident à rejoindre leur maison du bord de l’eau ou à s’installer non loin du littoral. »

Mais si le mouvement s’observe dans le sens Paris Banlieue pour les acquéreurs, il se manifeste également dans le sens Banlieue Province pour les vendeurs (qui sont aussi des acquéreurs en Province, mais c’est une autre histoire et donc un autre marché). « La tendance est aussi sur un mouvement vers l’océan Atlantique. Beaucoup, anticipant sur de nouveaux confinements, se décident à rejoindre leur maison du bord de l’eau ou à s’installer non loin du littoral. » Constate, lui aussi, Frédéric Ville, qui n’y voit rien d’autre qu’un calque des intentions parisiennes évoquées plus haut. Les grandes agglomérations seraient donc en passe de se délester d’un certain nombre de leurs habitants, tandis que les grandes tours de bureaux, se vidant de jour en jour, seront reconverties en locaux d’habitation dans les prochaines années… A suivre.

Annonce à la une

Révisez votre loyer

Avec ce calculateur, révisez, au centime près, le loyer de votre habitation !


> Je révise mon loyer

Créez votre alerte

Rentrez vos critères et recevez une alerte dès qu'un bien correspond


> Je crée mon alerte

Avec le nouvel Impôt sur la Fortune Immobilière le taux d’abattement sur la résidence principale sera de30 %